Commune de Pulligny - village de 1206 habitants dans le sud Meurthe-et-Mosellan (Lorraine).
gallery

Vous êtes ici :
Atlas de la biodiversité communale
ATLAS DE la biodiversité communale
> Envoyez vos photos
 
le resto des loupiots
> Les menus du mois
 
Les livres sur le village de Pulligny
Les livres sur le village
Images d'autrefois, la vigne, la guerre, l'église...


La Poste à travers les âges

 
Durant plus d'un siècle, les facteurs, ou facteurs-receveurs se sont succédés, laissant tous un excellent souvenir à la population.

Certains se souvient encore de monsieur Victor Guerre tirant sa charrette transportant courrier et journaux de Pulligny à la gare et vice-versa.

On se souvient aussi de quelques-uns qui lui ont succédé :

monsieur Beuvelot
monsieur Gérard
monsieur Riff Victor venant de Moselle, facteur-receveur de Pulligny du 1er mai 1939 à août 1948 (distribution du courrier à Pulligny et Autrey) (a servi d'interprète avec les troupes allemandes le 21 juin 1940)
monsieur Aubry
monsieur Bastien
mademoiselle Stelly Marcelle
madame Rupp Jeanine
madame Quillé
madame Simonin Viviane
madame Rettel Paulette
madame Jacquemin Marie-France

Depuis le 2 janvier 2011 c’est dorénavant madame Patricia Antoine, employée communale, qui  vous accueille.
« Ici on loge, à pieds et à cheval »

Avant l'incendie qui détruisit un tiers des maisons du village le 21 juin 1940, cette phrase était écrite en lettres d'au moins 10 centimètres de haut sur la façade de la maison Eugène et Colombe Berbain, rue des Fossés (aujourd'hui rue Gaston Tavart).

Cette maison était autrefois un ancien relais de poste auquel a succédé un bureau des Postes (sans doute après l'arrivée du chemin de fer vers 1870, qui lui, transportait le courrier).

Au début, ce bureau des Postes était installé dans une petite maison située sur la place du Jet d'Eau, à gauche en allant vers l'église et mitoyenne de la grosse maison. L'ensemble a brûlé le 21 juin 1940 et n'a jamais été reconstruit.
Mais depuis mars 1902, le propriétaire des lieux (à l'époque Monsieur Vincent Barbazan) ayant repris les locaux , le bureau des Postes a dû émigrer dans la maison voisine, propriété communale, libérée suite à la suppression de l'école publique de filles (décision du conseil municipal du 10 février 1902).

Ci-dessous, voici le relevé des faits tels qu'ils apparaissent dans les archives communales :

21 janvier 1899
Bail de 3 ans (finira le dernier jour de février 1902) de monsieur Barbazan à l'administration des Postes et Télégraphes de Meurthe-et-Moselle pour location de locaux.

1er juillet 1900
Le conseil municipal décide la suppression du poste d'institutrice d'école publique de filles.

28 octobre 1900
Suite à la circulaire du préfet en date du 15 septembre 1900, relative à la création d'un réseau téléphonique départemental, le conseil municipal demande que la commune de Pulligny soit comprise dans le réseau. Le conseil municipal prend aussi l'engagement de pourvoir à la gérance du bureau téléphonique et télégraphique et d'assurer le transport gratuit des télégrammes dans l'étendue de son territoire par l'intermédiaire du titulaire du bureau des Postes.

9 avril 1901
Barbazan écrit au directeur des Postes et Télégraphes de Meurthe-et-Moselle qui, arrivé au bout du bail (dernier jour de février 1902), ayant besoin de ses locaux, il ne pourra plus les louer.

10 février 1902
Le conseil municipal considérant :
1) que l'école publique de filles est supprimée,
2) que le local où elle était installée est aménagé par le bureau des Postes et recevra sa nouvelle destination le 1er mars prochain
3) que le mobilier communal dont disposait les institutrices devient inutile et de détériore
4) que la commune a besoin de ressources extraordinaires pour payer les travaux d'aménagement qu'elle a dû exécuter, décide que ledit mobilier sera vendu au profit de la commune.

16 septembre 1902
Séance extraordinaire du conseil municipal pour décision de réouverture de l'école publique de filles (refusée) et réouverture de l'école libre dans l'intérêt de la commune.
Le Maire n'approuve pas.

19 octobre 1902
Le conseil municipal après en avoir pris connaissance de la demande formulée par la congrégation des sœurs de la doctrine chrétienne en vue d'obtenir l'autorisation de la réouverture de l'école libre qu'elles dirigent, donne un avis favorable à la réouverture.

10 novembre 1902
Le conseil municipal autorise le Maire à traiter avec l'administration compétente pour l'installation d'un bureau téléphonique municipal relié à Vézelise aux conditions suivantes :
1) faire approprier le local de l'établissement du futur receveur et le mettre en l'état de recevoir l'appareil téléphonique
etc...

3 décembre 1902
Réuni en séance extraordinaire, le conseil municipal considérant que l'école privée congrégationiste qui tenait lieu d'école de filles par application de la loi du 1er juillet 1901, qu'il est nécessaire d'assurer l'instruction et l'éducation des enfants qui la fréquentent, vu la lettre de monsieur le Préfet en date du 17 novembre 1902, demande :
1) la réouverture régulière de l'école publique de filles, dans les conditions fixées par les lois actuellement en vigueur.
2) L'installation de cette école dans la salle commune où elle se tenait autrefois.
3) s'engage à pourvoir cette école du mobilier et de tout ce qui lui faudra pour qu'un enseignement sérieux et pratique y soit donné

Considérant que par suite d'engagement antérieur la commune ne possède point de logement pour l'institutrice, propose de louer à cet effet les 2 pièces avec les dépendances indiquées sur le plan joint.
Le conseil municipal vote la somme de 80 francs pour la gérance du bureau téléphonique et 20 francs pour la distribution des télégrammes.
Vote de crédits pour la réouverture de l'école publique de filles.
Dans la marge : mandat de 100 francs à Barbazan le 10 novembre 1902.

25 février 1904
Le conseil municipal vu l'entente avec l'administration des postes et télégraphes d'une part et celle qui a eu lieu avec le sieur Foyer Louis, propriétaire à Pulligny, émet le désir que la maison du susnommé située au village de Pulligny, lieu-dit Place du Lavoir, soit acceptée pour la nouvelle installation du bureau des Postes et Télégraphes, que le bail aura lieu pour 6 années consécutives a partir du 3 avril 1904.

29 avril 1904
Le conseil municipal d'une part, vu l'entente intervenue entre le conseil municipal et le sieur Foyer Louis propriétaire à Pulligny et l'administrateur des Postes et Télégraphes de Meurthe-et-Moselle d'autre part, de laquelle il résulte que la commune doit supporter les frais d'aménagement et d'accès à la chambre de la maison Foyer sise au rez-de-chaussée et choisie pour l'installation nouvelle du bureau de poste et téléphone, autorise monsieur le maire à signer le bail.

29 décembre 1904
le conseil municipal vote les crédits pour l'installation du téléphone.

Ladite maison Foyer semble avoir changé de propriétaire vers 1928 puisqu'une délibération du conseil municipal du 19 octobre 1928 autorise le maire à passer un bail de 6 ans à compter du 1er septembre 1929 avec monsieur Renard Maurice de Saint Nicolas de Port, propriétaire.

Puis, en raison de l'ouverture du nouveau groupe scolaire Ferdinand Aubert pour la rentrée 1955, la Poste de la Place du Lavoir fut installée dans les locaux de l'ancienne école enfantine, en somme où elle était née environ 55 ans plus tôt.
Et la famille Camille Richard qui venait de se rendre acquéreur de l'immeuble toujours jusque là propriété Renard, prit possession des lieux.

La nouvelle Poste, au cours des années a subi différentes transformations, suite entr'autres au changement d'emplacement de la mairie et aussi à diverses réorganisations de la Poste.

Le 2 janvier 2011, la Poste devient une agence postale communale et déménage dans le bâtiment de la mairie, au 6 grande rue.